Auto-Beaucoup

Au début des années quatre-vingts le marché nord-américain de l’automobile est mis au défi par l’introduction des véhicules japonais compacts qui offrent une plus grande économie d’essence. Les grands fabricants nord-américains entreprennent alors de sérieuses démarches de réingénierie de leurs produits. Selon nos souvenirs, Chrysler a été le premier des trois grands à lancer une version alors révolutionnaire qui était une mutation voiture-camionnette : l’auto-beaucoup. Ce concept offrait économie d’essence et flexibilité d’usage intéressante pour les familles. Ce produit a connu une très grande popularité qui se compare à celle du VUS d’aujourd’hui.

Étant donné la nature de ses opérations de conversion et le volume élevé de véhicules Ford, GM et Chrysler qui y étaient modifiés, Campwagon jouissait de relations continues avec ces fabricants de camionnettes. Grâce à ces relations saines, Chrysler Canada a informé Campwagon à la fin de 1983 qu’un produit nouveau et révolutionnaire allait être introduit sur le marché au début 1984 (il est introduit sur le marché américain par son président Lee Iacocca à la fin de décembre 1983). Chrysler offrait à Campwagon le privilège d’avoir un très court accès à un prototype de carrosserie.

Lucien Barbeau a alors décidé de relever un très grand défi :  réaliser un modèle de conversion de ce véhicule d’une forme qu’il n’avait jamais vue, en moins d’un mois. Pour ce faire il devait concevoir un nouveau toit de fibre de verre et élaborer tous les plans d’aménagement avec un ameublement miniaturisé. En ce temps des fêtes 1983, un cadre de carrosserie vierge à l’état d’acier brut a été prêté en mode « Top secret », pour une période stricte de 10 jours, à Campwagon pour que Lucien Barbeau puisse prendre ses mesures et figurer comment arriver à le meubler en campeur. Plusieurs dans l’équipe Campwagon ont mis de côté leurs vacances des fêtes cette année-là et le défi a été relevé : le 12 janvier 1984, le journal La Gazette de Montréal relate la présentation de cette conversion par une photo du président de Chrysler Canada assis dans la camionnette, au Salon de l’Auto. Cette année là Campwagon remporte le 1er prix Chrysler-Canada pour l’Innovation.

Anecdote :

  • Un objet bizarre – Étant la fille de Lucien je le suivais souvent durant ces années là et je me souviens avoir été présente lorsque cette coquille de carrosserie en acier brut « top secret » est arrivée. N’ayant pas eu d’information au préalable de ce que j’allais voir, je me souviens avoir été confuse et perturbée à tenter d’imaginer que ce genre de carcasse à la forme bizarre puisse devenir un véhicule qui pourrait attirer le public! par Nathalie Barbeau – Octobre 2018

La mini-van a été appelée « Auto-beaucoup » sur le marché francophone. C’est un type de véhicule qui a connu une immense popularité durant 7 à 8 ans. Campwagon a connu une période de production jusqu’à 3 par jour pour 12 unités par semaine. Une nouvelle bâtisse a été construite pour cette ligne de production derrière l’immeuble principal. Lucien estime que l’entreprise en a converti près de 300 entre 1984 et 1987.  Bien que la mini-van pouvait être adaptée en campeur, son petit acabit a surtout mené à une majorité des conversions en Van de Ville.

 

Campeurs camionnettes Camper vans